Aller directement au contenu principal
A voir/à faire

Groupement Touristique du Mont Sainte-Odile

Le Hohenbourg et ses environs sont déjà occupés par des hommes dès l’époque néolithique. Des outils datant de l’âge de bronze trouvés sur les lieux en témoignent.
Le mur païen est un gigantesque rempart qui encercle le Mont Ste Odile sur une longueur de plus de 10 km. Sa particularité réside dans son mode de construction unique dans la région et qui ne ressemble en rien aux techniques gauloises. La période de la construction et la raison d’être du mur sont encore, à l’heure actuelle, inconnues.

Au VIIème siècle, Bereswinde épouse d’Etichon, Duc mérovingien, donne naissance à une fille aveugle appelée Odile. Elle recouvre la vue à son baptême. Plus tard, elle fonde au Hohenbourg un monastère qui devint très florissant, où elle meurt en 720. Parmi les personnages importants de la vie du monastère, il faut citer l’abbesse Herrade de Landsberg, qui composa le fameux « Hortus Déliciarum » (Jardin des Délices) destiné à parfaire l’éducation des jeunes filles.

Le couvent fut pillé et incendié à plusieurs reprises. Sous la révolution, le monastère fut profané et vendu. Pendant cette période tourmentée, les reliques de Sainte Odile furent cachées à Ottrott.
 En 1853, l’Evêché de Strasbourg en deviendra propriétaire. Le pèlerinage, célèbre pour les maladies des yeux, reprendra un nouvel essor suite à des restaurations importantes réalisées entre 1920 et 1940.
L’oeuvre de l’adoration perpétuelle des hommes est fondée en 1931.
L’hôtellerie se développe et le Mont Sainte Odile accueille actuellement plus d’un million de visiteurs par an.

http://paysdumontsainteodile.com/