Les carrières d’Ottrott et de Saint Nabor se situent au pied du mont Sainte-Odile.

La roche particulièrement dure, nommée porphyre, est exploitée dès le XVIIème siècle pour la construction des routes et à partir du XIXème siècle pour les voies ferrées.


HISTORIQUE DES CARRIERES

 

Période 1902- 2002 

Exploitation de la carrière pour la production de porphyre

25 janvier 2000

Arrêté préfectoral prescrivant des travaux visant à l’inclinaison des fronts de taille et à la mise en place de mesures de sécurité dites « passives » : merlons, fosses, pièges à blocs, dispositifs de récupération des eaux de ruissellement, clôture en pied de fronts.

19 mars 2002

L’exploitant privé est placé en redressement judiciaire

Fin 2004

Un syndicat intercommunal est créé (SIVU)

Mars 2008

Après les élections municipales, reprise en main du dossier par la nouvelle équipe du SIVU. Il a fallu d’abord prendre la mesure de l’étendue de la tâche, réunir les différents acteurs prenant part à cette mise en sécurité : les maîtres d’œuvre ANTEA, et les entreprises ATELIER ET PAYSAGE et EIFFAGE.

Depuis 2009

Le chantier de la mise en sécurité concerne le réaménagement et la réalisation de gradins et banquettes. Il ne s’agit pas d’une reprise d’exploitation de carrière. La productivité n’est plus le maitre mot puisque d’importants fonds publics sont engagés à hauteur de 4 M€.

Au total 3 millions de tonnes seront abattus dont 2 millions de tonnes valorisables seront concassés pour la vente devant cofinancer le projet pour tailler le site en forme de cirque, un pré-verdissement pour le rendre dans son milieu naturel et fortement valorisé par un aménagement paysagé du carreau intérieur.

Le 26 mai 2010

La partie sommitale du front de Saint Nabor a été végétalisée sur une surface de 3,5 ha. Une première depuis des décennies. La végétalisation a consisté à travailler sur : les fronts de taille, les merlons et leur intégration, les terrassements et la reconquête du végétal, la maitrise des eaux existantes, en gérant au mieux les eaux de ruissellement, en travaillant sur les biotopes pour protéger les espèces existantes.

Depuis 2018

Les carrières sont entièrement dédiées à la nature. Celle-ci a repris ses droits et le site est devenu le paradis des oiseaux. Dans ces 3,5 hectares, cohabite une cinquantaine d’espèces dont le faucon pèlerin, le hibou grand-duc, la buse, la bergeronnette….